Rechercher

Jean-Pierre Sergent

FR | EN

Vidéos - La série Corpus-Archives

Videos - Corpus-Archives

Cette nouvelle série des Corpus-Archives (un corpus d'œuvres artistiques photographiées et archivées), commencée par Jean-Pierre Sergent en 2015, est composée de trente-six pitch-art vidéos au total. Chaque vidéo présente au public une sélection d'une vingtaine d'œuvres d'art significatives réalisées par l'artiste durant les différentes étapes de sa longue carrière artistique internationale.

Au début de sa carrière en France dans sa ferme du Haut-Doubs natal, Jean-Pierre travailla d'abord l'abstraction géométrique colorée sur panneaux d'Isorel et sur toiles (vidéos #1, 1984-1991), tout en élevant et entraînant des chevaux américains parallèlement à la poursuite de sa carrière artistique.

Puis en 1991 à Montréal (vidéos #2-4, 1991-1993), il se consacra exclusivement à son art, en continuant son travail d'abstraction Géométrique, tout en commençant à y intégrer des images symboliques par le biais de la technique sérigraphique. Il travailla aussi dans son atelier montréalais en explorant de nombreux nouveaux matériaux industriels comme le Plexiglas (qui deviendra son matériau de prédilection), le cuivre, l'aluminium, le zinc, le plomb, les filets de chantier, les billes de verres, les coupures de presse et les photos jusqu'en 1993, date à laquelle il déménageât son studio à New York.
Jean-Pierre vécut et travailla de nombreuses années dans cette ville, dans trois ateliers successifs situés dans divers quartiers new-yorkais : à DUMBO (Brooklyn) (vidéos #5-7, 1993-1994), à Chelsea (Manhattan) et finalement à Long Island City (Queens) (vidéos #5-7, 1993-1994), jusqu'à son départ pour la France en 2003.

À New York, grâce au dynamisme ambiant et à l'énergie créatrice incroyable de la ville, il a pu développer son style si particulier (sa signature artistique), qui est son concept de Peinture-assemblage composé de peintures sur Plexiglas de modules carrés (1.05 x 1.05 m), qu'il s'est amusé à assembler directement sur le mur, pour créer ainsi d'immenses installations murales.

Depuis 2005, Jean-Pierre Sergent travaille et vit dans la ville de Besançon en France, où il continue de travailler sur ses séries de grandes peintures sur Plexiglas et ses installations murales, ainsi que sur de nombreuses séries de prints sur papier (vidéos #18-32, 2005-2015). Cet ensemble de pitch-art vidéos des Corpus-Archives présente donc au public un récapitulatif concis de la production artistique de Jean-Pierre Sergent au cours de ces trente derniers années, de 1984 à 2017...

20 février 2019
20 février 2019
20 février 2019
20 février 2019
20 février 2019
20 février 2019
20 février 2019
20 février 2019
7 juillet 2017
7 juillet 2017
7 juillet 2017
7 juillet 2017
7 juillet 2017
7 juillet 2017
7 juillet 2017
7 juillet 2017
7 juillet 2017
7 juillet 2017
5 mai 2015
5 mai 2015
30 : LA SÉRIE DES SUITES ENTROPIQUES II
2015 | Durée : 4:11 | Atelier de Besançon | France

Pitch-art vidéo présentant une sélection d'une vingtaine de photos d'œuvres d'art de la série des Suites Entropiques*. Jean-Pierre Sergent a commencé à peindre cette nouvelle série de peintures sur Plexiglas durant l'été 2011, c'est la continuation de sa série précédente les Mayan Diary. Cet ensemble comprend aujourd'hui 155 peintures sur Plexiglas de 140 x 140 cm,

*"L'entropie mesure le degré du désordre d'un système physique; le nombre de réarrangements des constituants fondamentaux ; les ratios de l'ordre et du chaos et donc par extension, du rationnel avec l'irrationnel, de la structure géométrique et de l'exubérance organique..."

En 2014, il a continué cette série en créant de nouvelles peintures dont les thématiques lui ont été largement inspirées par sa lecture attentive et curieuse des Upanishads, ce livre plurimillénaire et fondateur de la pensée Hindoue, qui réconcilie le soi avec l'âme universelle. Il y est souvent question du regard posé par l'homme sur le réel et la création universelle, et de l'émotion, de la poésie, du désir et des métaphores qu'ils suscitent en nous, êtres humains.

"Le désir, la matrice, le temps du désir - Celui qui manie le tonnerre Indra, la grotte, Ha Sa, le vent, le nuage, le roi des cieux - Et de nouveau la grotte, Sa Ka La et l'illusion : Telle est la sagesse primordiale, qui nous embrasse, Mère de l'immense univers."
In Tripura Upanishad #8

"Des milliers de fois auparavant - J'ai vécu dans la matrice d'une mère - J'ai pris plaisir à une grande variété de nourritures - Et je fus allaité à tant de seins maternels - Je naissais, et mourais de nouveau - Et continuellement, je renaissais une nouvelle fois."
In Garbha #4, Les 108 Upanishads, Martine Buttex À voir plus de visuels sur cette page : Suites Entropiques

Quelques passages à lire dans Le Cercle infini, afin de mieux comprendre la série des Suites Entropiques :

3. S'interpénétrer profondément tout en gardant son propre éclat

Toutes les sphères des sens et champs de perceptions
S'interpénètrent, tout en gardant leur propre éclat ;
Elles agissent l'une sur l'autre alors même qu'elles s'unissent,
Tout en gardant leur place et leur apparence propres.
in L'Identité du relatif et de l'absolu, Shitou Xiqian

À propos du format carré en forme de mandala et de l'accumulations d'images superposées dans un grand ensemble mural monumental :

Un mandala offre une image ou un modèle de cet ensemble universel (le corps universel) avec au centre, le Bouddha Vairochana représentant le monde de la vacuité ; se déploient à partir de ce centre toutes les formes qui peuvent exister. Ce centre est toutes les formes possibles, toutes les formes possibles sont ce centre, ceci parce que ce centre est un point sans dimension. N'étant rien, il n'exclut rien ; n'excluant rien, il est tout.
In Le Cercle infini, Bernie Glassman

À voir tous visuels sur cette page : Suites Entropiques

29 : LA SÉRIE BONES & FLOWERS: THE METAMORPHOSIS OF LIFE
2015 | Durée : 2:56 | Atelier de Besançon | France

Pitch-art vidéo présentant une sélection d'une vingtaine de photos d'œuvres d'art issues de la série de 77 sérigraphies au tirage unique, acrylique sérigraphiée sur papier Rives B.F.K., 90 x 70 cm, imprimée en octobre 2015.

Le titre de cette série traduit en français : Des fleurs et des os : les métamorphoses du vivant, implique que le contenu de ces œuvres jaillit et transcende le temps historique et linéaire pour créer un lieu de rencontre entre l’imaginaire et l’histoire humaine. Non plus comme un Musée imaginaire Malraucien, un peu muséal, un peu littéraire, un peu figé et noir et blanc ; mais plus comme un nouveau langage, une nouvelle syntaxe, une nouvelle iconographie, nouveaux ou peut-être très anciens, ancestraux, originels, oubliés*… provoquant avec force, humour, poésie et conviction dans le cœur même du regardeur : la transe, la révélation et ultimement la métamorphose profonde de l’âme humaine.
Car l’Art doit s’imposer et gagner l’âme de l’autre, dans un combat d’une vitalité et d’une fulgurance extrême, comme la Force Vitale le fait elle-même dans la nature.
RAPPEL : Il ne faut pas oublier les fleurs et les os, les dessins et les sexes, les répétitions et les transes, les couleurs et les nuits, les joies et les extases… pour enfin pouvoir devenir soi-même…!

* Comme dans le discours-hommage de Le Clézio pour son prix Nobel à propos des Indiens Emberas et leur langage paradisiaque :
« Quelque chose de grand et de fort, qui les surpasse, parfois les anime et les transfigure, et leur rend l'harmonie avec la nature. Quelque chose de neuf et de très ancien à la fois, impalpable comme le vent, immatériel comme les nuages, infini comme la mer. »

À voir tous visuels sur cette page : Bones & Flowers: The Metamorphosis of Life

28 : LA SÉRIE DES LARGE PAPER III
2015 | Durée : 3:38 | Atelier de Besançon | France

Pitch-art vidéo présentant une sélection d'une vingtaine de photos d'œuvres d'art de la série des Large Paper réalisée en 2015. Monoprints, acrylique sérigraphiée sur des grandes feuilles de papier Rives B.F.K blanc, 1.20 x 1.07 m. Cette série est imprimée parallèlement aux travaux sur Plexiglas des Mayan Diary et des nouvelles Suites Entropiques, et avec la même iconographie. Je les nommes Garbage Prints car j'accumule des images sur ces papiers avant l'impression des peintures sur Plexiglas, sans aucun apriori esthétique, ce qui libère pleinement le processus créatif.

À voir plus de visuels sur cette page : Large Paper

27 : LE FOND DE SCÈNE DE LA TRAVIATA
2007 | Durée : 4:00 | Opéra Théâtre | Besançon | France

Pitch-art vidéo présentant une sélection d'une vingtaine de photos prises par le photographe Yves Petit durant l'installation de l'œuvre de Jean-Pierre ainsi que durant le spectacle de « La Traviata ». Le projet était l'implantation de « Mayan Diary », en fond de scène, avec une installation murale monumentale composée de 18 peintures sur Plexiglas de 3,15 x 6,30 m et réalisées à New York entre 2001 et 2003. Créant ainsi l'environnement scénographique de « La Traviata », l'opéra de Giuseppe Verdi, mis en scène par Didier Brunel, directeur de l'Opéra Théâtre de Besançon, France.

À voir plus d'informations sur cette page : Scénographie

Le but étant de créer une dynamique, un choc visuel, émotionnel et esthétique entre deux formes d'art. Confronter celles-ci, provoquer la rencontre entre deux langages issus d'époques différentes et constater leur contemporanéité...

Dans l'œuvre de Jean-Pierre Sergent, Didier Brunel nous confie avoir retrouvé tous les éléments constitutifs de son regard sur « La Traviata » : dans son installation murale, il est essentiel que le spectateur « entre » dans l'œuvre par le jeu du reflet sur le Plexiglas, comme il entre dans l'histoire et comme la musique entre en lui. La superposition, la fragmentation, la juxtaposition, l'image érotique confrontée aux racines de sociétés tribales ont immédiatement évoqué, pour moi, le microcosme d'une jet-set volatile qui enferme « La Traviata ». Transgressant les règles (elle passe du libertinage à l'amour) elle s'exclut elle-même de sa tribu.

26 : LES GRANDES INSTALLATIONS MURALES
1993-2014 | Durée : 4:59 | Canada, U.S.A., France, Suisse

Pitch-art vidéo de 4:59 mn, présentant une sélection d'une vingtaine de photos d'œuvres d'art de la série des installations murales de peintures sur Plexiglas. Depuis son arrivée à New York en 1993, Jean-Pierre Sergent présente son travail sur Plexiglas de façon monumentale grâce ses grandes installations murales. Les formats unitaires carrés de ses peintures de dimension 105 x 105 cm, sont assemblés côte à côte pour former un ensemble cohérent de dimension modulable pouvant faire jusqu'à 10,50 x 2,10 mètres pour son installation au Musée des Beaux-Arts de Mulhouse en 2012 et 3.15 x 6.30 pour son exposition à la Ferme de Flagey en 2013.

 À voir plus d'informations sur cette page : Installations

25 : LA SÉRIE DES CROQUIS
1998-2014 | Durée : 6:00 | Canada, France et U.S.A.

Pitch-art vidéo de 6:00 mn présentant une sélection d'une vingtaine de photos d'œuvres d'art de la série des Sketches (Croquis) qui sont des notes, des dessins et des croquis de travail (réalisés au crayon de couleur, au stylo ou à la mine de plomb) afin de planifier la couleur des peintures et leurs dimensions dans l'espace d'exposition. Ce sont aussi des dessins d'œuvres d'arts découvertes dans les musées, ainsi que des idées et concepts de travail gribouillés rapidement sur les carnets de croquis. Ils servent également a planifier l'organisation des différentes étapes de la réalisation du travail sérigraphique : découper les rouleaux de papier, découper les films positifs, nettoyer les écrans au Karcher et les exposer, choisir les images et les couleurs à imprimer, prendre les peintures en photo etc...

À voir plus de visuels sur cette page : Croquis

À propos des Sketches, par Marie-Madeleine Varet, philosophe

Cher Jean-Pierre, quel émerveillement !
Je ne me lasse pas de re-découvrir la richesse foisonnante de tes sketches, la puissance de leur impact sur le monde sensible et spirituel … l’Alpha et l’Omega d’un voyage intérieur.
Comment la structure invisible d’une forme conditionne son apparence ? Il faut ici découvrir ce qui est caché derrière ce que l’on voit pour comprendre ce que l’on voit.
Montrer ce qui n’est pas visible (à l’œil nu).
Infinie reconnaissance à toi dans ton inspiration et tes géniales intuitions !

24 : LA SÉRIE LE DÉSIR, LA MATRICE & LE LOTUS BLANC
2014 | Durée : 4:59 | Atelier de Besançon | France

Pitch-art vidéo présentant une sélection d'une vingtaine de photos d'œuvres d'art de la série Le désir, la matrice, la grotte et le lotus blanc, qui a été commencée au printemps 2014 à l'atelier de Besancon, ce sont des sérigraphies sur papier Rives B.F.K., blanc ou crème de 25 par 25 cm. Editions de 5 exemplaires et de nombreux monoprints.
Son titre fut inspiré à l'artiste par sa lecture attentive et curieuse des Upanishads, car dans ce livre ancien de plus de trois mille ans et fondateur de la pensée Hindoue réconciliant le soi avec l'âme universelle, il est souvent question du regard posé par l'homme sur le réel et sa création et de l'émotion, de la poésie, du désir et des métaphores qu'elle suscite en nous, êtres humains :

*"Le désir, la matrice, le temps du désir - Celui qui manie le tonnerre Indra, la grotte, Ha Sa, le vent, le nuage, le roi des cieux - Et de nouveau la grotte, Sa Ka La et l'illusion : Telle est la sagesse primordiale, qui nous embrasse, Mère de l'immense univers." In Tripura Upanishad

À voir plus de visuels sur cette page : Le désir, la matrice, la grotte et le lotus blanc

23 : LA SÉRIE DES MANGAS, YANTRAS Y OTRAS COSAS
2009-2011 | Durée : 3:53 | Atelier de Besançon | France

Pitch-art vidéo présentant une sélection d'une vingtaine de photos d'œuvres d'art de la série des Mangas, Yantras Y Otras Cosas qui a été commencée en automne 2009. Ce sont des sérigraphies, acrylique sur papier Rives B.F.K., 25 x 25 cm, éditions de 5 exemplaires et de nombreux monoprints.

Rédemption par le vide, l'absurde et le sacré : le travail de Jean-Pierre Sergent est un travail d'embrouillage du langage pictural. Il utilise ses compressions iconographiques pour créer un système d'une grande entropie qui nous fait perdre nos repères spatio-temporels et nous emmène dans un monde onirique où l'art pariétal côtoie l'art populaire japonais, le graffiti urbain et le Yantra hindous. Sergent accumule, sans respect aucun, ni de la chronologie, ni de l'esthétique, ni de la morale, des images à la présence colorée et transcendante. Il nous parle de jouissances sexuelles et de transes spirituelles, là où les mots, les images et les langages finissent par se dissoudre pour accueillir cet autre monde. Lieu de passage et de vérité, son oeuvre nous enveloppe comme un sein, une matrice ou un rêve du premier et du dernier jour. C'est une réflexion sur la vie cyclique qui ne se soucie ni du temps qui nous abîme et nous blesse, ni des sentiments outrageants d'autrui. C'est la présence de l'être transposée dans le vide cosmique et la peinture sacrée.
Jean-Pierre Sergent octobre 2009

*Le Manga Hentai, bande dessinée japonaise : image dérisoire, dessin non abouti, esquisse rapide ou transformation... Mélanges d'images érotiques et de textes violents, le Hentai est un art populaire qui consiste à faire l'amalgame entre la pornographie et le dessin animé japonais provoquant auprès du public une fascination pour l'image érotique.

*Le Yantra : figure géométrique hindoue tracée pour dompter le mental et maîtriser les forces cosmiques. Les Yantras sont réputés pour révéler les concepts et aspects du monde ; méditer sur un Yantra peut donner accès à l'unité. Ces compositions de signes géométriques proportionnés et centrés véhiculent des contenus conscients de par leur signification connue, mais ils interpellent aussi des structures psychiques inconscientes.

À voir plus de visuels sur cette page : Mangas, Yantras Y Otras Cosas

22 : LA SÉRIE DES HALF PAPER II
2007-2014 | Durée : 3:59 | Atelier de Besançon | France

Pitch-art vidéo de 3:59 mn, présentant une sélection d'une vingtaine de photos d'œuvres d'art de la série des Large Paper, Monoprints, acrylique sérigraphiée sur des grandes feuilles de papier Rives B.F.K blanc, 1.20 x 1.07 m. Cette série est imprimée parallèlement aux travaux sur Plexiglas des Mayan Diary et des nouvelles Suites Entropiques, et avec la même iconographie. Je les nommes « Garbage Prints » car j'accumule des images avant l'impression des peintures sur Plexiglas sans aucun apriori esthétique, ce qui libère pleinement le processus créatif.

À voir plus de visuels sur cette page : Half Paper

21 : LA SÉRIE DES LARGE PAPER II
2007-2014 | Durée : 4:30 | Atelier de Besançon | France

Film documentaire présentant une sélection d'une vingtaine de photos d'œuvres d'art de la série des Large Paper, Monoprints, acrylique sérigraphiée sur des grandes feuilles de papier Rives B.F.K blanc, 1.20 x 1.07 m. Cette série est imprimée parallèlement aux travaux sur Plexiglas des Mayan Diary et des nouvelles Suites Entropiques, et avec la même iconographie. Je les nommes Garbage Prints car j'accumule des images sur ces papiers avant l'impression des peintures sur Plexiglas, sans aucun apriori esthétique, ce qui libère pleinement le processus créatif.

À voir plus de visuels sur cette page : Large Paper

20 : LA SÉRIE DES SUITES ENTROPIQUES
2011-2014 | Durée : 4:24 | Atelier de Besançon | France

Pitch-art vidéo présentant une sélection d'une vingtaine de photos d'œuvres d'art de la série des Suites Entropiques*. Jean-Pierre Sergent a commencé à peindre cette nouvelle série de peintures sur Plexiglas durant l'été 2011, c'est la continuation de sa série précédente les Mayan Diary. Cet ensemble comprend aujourd'hui cent-treize peintures sur Plexiglas de 140 x 140 cm.

*"L'entropie mesure le degré du désordre d'un système physique; le nombre de réarrangements des constituants fondamentaux ; les ratios de l'ordre et du chaos et donc par extension, du rationnel avec l'irrationnel, de la structure géométrique et de l'exubérance organique..."

En 2014, il a continué cette série en créant de nouvelles peintures dont les thématiques lui ont été largement inspirées par sa lecture attentive et curieuse des Upanishads, ce livre plurimillénaire et fondateur de la pensée Hindoue, qui réconcilie le soi avec l'âme universelle. Il y est souvent question du regard posé par l'homme sur le réel et la création universelle, et de l'émotion, de la poésie, du désir et des métaphores qu'ils suscitent en nous, êtres humains.

"Le désir, la matrice, le temps du désir - Celui qui manie le tonnerre Indra, la grotte, Ha Sa, le vent, le nuage, le roi des cieux - Et de nouveau la grotte, Sa Ka La et l'illusion : Telle est la sagesse primordiale, qui nous embrasse, Mère de l'immense univers."
In Tripura Upanishad #8

"Des milliers de fois auparavant - J'ai vécu dans la matrice d'une mère - J'ai pris plaisir à une grande variété de nourritures - Et je fus allaité à tant de seins maternels - Je naissais, et mourais de nouveau - Et continuellement, je renaissais une nouvelle fois."
In Garbha #4, Les 108 Upanishads, Martine Buttex

À voir plus de visuels sur cette page : Suites Entropiques


Quelques passages à lire dans Le Cercle infini, afin de mieux comprendre la série des Suites Entropiques :


3. S'interpénétrer profondément tout en gardant son propre éclat

Toutes les sphères des sens et champs de perceptions
S'interpénètrent, tout en gardant leur propre éclat ;
Elles agissent l'une sur l'autre alors même qu'elles s'unissent,
Tout en gardant leur place et leur apparence propres.
in L'Identité du relatif et de l'absolu, Shitou Xiqian

À propos du format carré en forme de mandala et de l'accumulations d'images superposées dans un grand ensemble mural monumental :

Un mandala offre une image ou un modèle de cet ensemble universel (le corps universel) avec au centre, le Bouddha Vairochana représentant le monde de la vacuité ; se déploient à partir de ce centre toutes les formes qui peuvent exister. Ce centre est toutes les formes possibles, toutes les formes possibles sont ce centre, ceci parce que ce centre est un point sans dimension. N'étant rien, il n'exclut rien ; n'excluant rien, il est tout.
In Le Cercle infini, Bernie Glassman

19 : La série des Mayan Diary II
2007-2010 | Durée : 4:32 | Atelier de Besançon | France

Pitch-art vidéo présentant une sélection d'une vingtaine de photos d'œuvres d'art de la série des Mayan Diary II. En 2007, dans son nouvel atelier de Besançon, Jean-Pierre Sergent a poursuivi et terminé en 2010 sa série de peintures sur Plexiglas des Mayan Diary (comprenant un total de 170 peintures) et commencée à New York en 1999. Ces oeuvres ont été largement inspirées à l'artiste par ses nombreux voyages au Mexique et au Guatemala. Ce sont des peintures uniques d'acrylique sérigraphiée sur des carrés de Plexiglas de 105 x 105 cm de cotés. La technique artistique sérigraphique utilise la récupération, l'appropriation et l'accumulation iconographique.

Les principaux thèmes de ses fusion paintings sont largement inspirés des cultures préindustrielles, du chamanisme, des Mangas Japonais, du Kundalini Hindou, de l'épopée mystique, des cycles de vie et du momentum cosmique. Son langage pictural se présente comme un lieu de rencontre iconographique autour d'éléments transtemporels et transculturels, d'archétypes puisés dans l'inconscient et l'imaginaire collectifs.

Jean-Pierre Sergent met en abîme les confrontations, la dualité et les harmonies entre les figurations du corps (monde présent, matériel et tangible, images pornographiques, sexualité) et les représentations des mondes spirituels (mondes cosmogoniques intemporels, patterns répétitifs des transes rituelles, matière génétique universelle, mémoire du temps profond, structures socioculturelles et généalogiques tribales).

La série Mayan Diary a été exposée dans de nombreux centres culturels, galeries et musées en Europe : 2012, Mayan Diary, Musée des beaux-arts, Mulhouse, France, 2012, Nature, Cultures, L'Origine Des Mondes, Ferme de Flagey, Musée Courbet, France etc...ainsi qu'en Amérique du nord.

À voir plus de visuels sur cette page : Mayan Diary

18 : LA SÉRIE DES SKY UMBILICUS
2006 | Durée : 4:19 | Atelier de Besançon | France

Pitch-art vidéo de 4:19 mn présentant une sélection d'une vingtaine de photos d'œuvres d'art de la série des Sky Umbilicus. Acrylique sérigraphiée sur papier Rives B.F.K., blanc, gris ou crème, 76 x 56 cm. Travail d'accompagnement, inspiré par les voyages de l'âme dans les entre-mondes (Vie-Mort-Vie), état de conscience intermédiaire référant à l'état de Bardo de la tradition Bouddhiste. Iconographies provenant de dessins de kimonos japonais, dessins génétiques océaniens et rituels de passages précolombiens.

À voir plus de visuels sur cette page : Sky Umbilicus

17 : LA SÉRIE DES BEAUTY IS ENERGY
2002 | Durée : 3:44 | Atelier de Long Island City | New York | USA

Pitch-art vidéoprésentant une sélection d'une vingtaine de photos d'œuvres d'art de la série Beauty is Energy. Acrylique sérigraphiée sur papier Rives B.F.K. blanc, gris ou crème, 76 x 56 cm. Ces œuvres ont été inspirées à l'artiste en réaction à la violence des attentats du 11 septembre 2001.

"With beauty may I walk", The Night Navajo Chant

Avant que l'argent ne nous dépossède dramatiquement de notre plénitude en inscrivant le temps dans l'histoire, la beauté était en harmonie avec notre temps intérieur comme un organe, une aura, une harmonie cosmique.

C'est cette liberté qu'il nous appartient de retrouver dans le temps universel, le temps des abeilles aux rayures jaunes et noirs, des fourmis rouges, des coccinelles rouges à points noirs qui parlent aux ancêtres, des scarabées dorés messagers des Dieux, des oiseaux du paradis et des fleurs à l'exubérante sensualité.

L'Homme avait compris cela empiriquement en imitant la Nature qui s'était faite belle et désirable pour survivre à l'éternité.

La beauté est une force vitale au même titre que la libido, le seul espoir de survie dans un monde violent et chaotique. Plus qu'une notion esthétique c'est une force spirituelle, un lien tangible pour communiquer avec les esprits des mondes visibles et invisibles.

Ainsi chaque feuille d'arbre est un champ d'amour silencieux qu'il nous faut chaque jour réapprendre à écouter.

Jean-Pierre Sergent, New York, juillet 2002

À voir plus de visuels sur cette page : Beauty Is Energy

16 : LA SÉRIE DES BONDAGE & FREEDOM
2003 | Durée : 3:52 | Atelier de Long Island City | New York | USA

Pitch-art vidéo présentant une sélection d'une vingtaine de photos d'œuvres d'art de la série des Bondage & Freedom, acrylique sérigraphiée sur papier Rives B.F.K., 25 x 25 cm. Le travail sur cette série est une réflexion sur le désir, la souffrance et la libération par la jouissance. Les images de bondage japonais interpellent le spectateur car elles sont à la fois sublimes et douloureuses et questionnent le rapport au corps, imposé par chaque culture contemporaine : où est le lieu de la liberté absolue et de l'extase ?

À voir plus de visuels sur cette page : Bondage & Freedom

15 : LA SÉRIE DES LADY OF THE ANTS
2003 | Durée : 3:52 | Atelier de Long Island City | New York | USA

Pitch-art vidéo de 3:52 présentant une sélection d'une vingtaine de photos d'œuvres d'art de la série des Lady Of The Ants, acrylique sérigraphiée sur papier Rives B.F.K., 25 x 25 cm. Travail sériel autour de la répétition du motif dédoublé d'une déesse Maya, mélangé à des images de symboles de vie, de sexe, et de mort. Les variations colorées induisent chez le spectateur un état de contemplation et de conscience cosmique.

À voir plus de visuels sur cette page : Lady of the Ants

14 : LA SÉRIE DES DRAGON LADY
2002 | Durée : 3:31 | Atelier de Long Island City | New York | USA

Pitch-art vidéo présentant une sélection d'une vingtaine de photos d'œuvres d'art de la série des Dragon Lady, peinture acrylique sérigraphiée sur papier Rives B.F.K., 25 x 25 cm. Le motif principal est la voluptueuse Déesse de la vie, Dragon Lady, qui a séduit le principal Dieu de l'infra-monde Maya Xibalbà, dont le pouvoir peut être comparé au dieu de la mort Hadès, dans la mythologie Grecque ou à Pluton, chez les Romains. J'ai rencontré ces esprits Féminins, Animas guérisseuses universelles lors de transes chamaniques effectuées à New York. Les quatre couleurs luminescentes, rouge, jaune, bleu, noir, qui m'ont emporté dans un voyage cosmique sont l'inspiration de ce travail particulier et influenceront fortement tous mes futurs travaux.

À voir plus de visuels sur cette page : Dragon Lady

13 : LA SÉRIE DES DUALITY
1999 | Durée : 3:18 | Atelier de Long Island City | New York | USA

Pitch-art vidéo de 3:18 mn présentant une sélection d'une vingtaine de photos d'œuvres d'art de la série des Duality, monotypes et six éditions de six, acrylique sérigraphiée sur papier japonais Serishi, 28 x 25 cm. Cette série est une réflexion sur l'incommensurable désir, paradigme de la force vitale. L'image érotique ne laisse jamais indifférent, elle a un rôle et une fonction. La libido est à la fois liberté et contrainte : liberté d'agir en tant qu'individu, contrainte de reproduire en tant qu'espèce. Transformation du sujet en objet, régénération de l'Homme dans son état bestial, cannibale, primaire, sa nudité, son essence vitale ; dissolution du moi dans « l'Univers de l'Eau ».

À voir plus de visuels sur cette page : Duality

12 : LA SÉRIE DES DIONYSOS
1998 | Durée : 4:09 | Atelier de Long Island City | New York | USA

Pitch-art vidéo de 4:09 mn présentant une sélection d'une vingtaine de photos d'œuvres d'art de la série des Dyonisos, (Orgie perpétuelle ou les organes de la vie), acrylique sérigraphiée sur papier Rives B.F.K., 25 x 25 cm, édition de 15 et monoprints. Cette série est une réflexion sur l'incommensurable désir, paradigme de la force vitale. L'image érotique ne laisse jamais indifférent, elle a un rôle et une fonction. La libido est à la fois liberté et contrainte : liberté d'agir en tant qu'individu, contrainte de reproduire en tant qu'espèce. Transformation du sujet en objet, régénération de l'Homme dans son état bestial, cannibale, primaire, sa nudité, son essence vitale ; dissolution du moi dans « l'Univers de l'Eau ».

À voir plus de visuels sur cette page : Dionysos

11 : LA SÉRIE DES HALF PAPER I
1996-2003 | Durée : 3:50 | Atelier de Long Island City | New York | USA

Pitch-art vidéo présentant une sélection d'une vingtaine de photos d'œuvres d'art de la série des Large Paper, Monoprints, acrylique sérigraphiée sur des grandes feuilles de papier Rives B.F.K blanc, 0,61 x 1.07 m. Série commencée à New York et imprimée parallèlement aux travaux sur Plexiglas des Mayan Diary et avec la même iconographie. Je les nomme Garbage Printscar j'y accumule les images avant l'impression des peintures sur Plexiglas sans aucun apriori esthétique, ce qui libère pleinement le processus créatif.

À voir plus de visuels sur cette page : Half Paper 1997-2003

10 : LA SÉRIE DES LARGE PAPER I
1996-2003 | Durée : 4:51 | Atelier de Long Island City | New York | USA

Pitch-art vidéo présentant une sélection d'une vingtaine de photos d'œuvres d'art de la série des Large Paper, Monoprints, acrylique sérigraphiée sur des grandes feuilles de papier Rives B.F.K blanc, 1.20 x 1.07 m. Série commencée à New York et imprimée parallèlement aux travaux sur Plexiglas des Mayan Diary et avec la même iconographie. Je les nomme Garbage Printscar j'accumule des images avant l'impression des peintures sur Plexiglas sans aucun apriori esthétique, ce qui libère pleinement le processus créatif.

À voir plus de visuels sur cette page : Large Paper 1999-2003

9 : LA SÉRIE DES MAYAN DIARY I
1999-2003 | Durée : 4:30 | Atelier de Long Island City | New York | USA

Pitch-art vidéo présentant une sélection d'une vingtaine de photos d'œuvres d'art de la grande série des peintures Mayan Diary(comprenant au total 170 peintures) et commencées dans l'atelier de Long Island City, à New York en 1999. Ce corpus d'oeuvres a été largement inspiré à l'artiste par ses nombreux voyages au Mexique et au Guatemala. Ce sont des peintures sur plaques de Plexiglas, sérigraphiées et peintes au dos, de formats carrés de 1.05 x 1.05 m. La technique artistique sérigraphique utilise la récupération, l'appropriation et l'accumulation iconographique.

Les principaux thèmes de ces fusion paintings sont largement inspirés des cultures préindustrielles, du chamanisme, des Mangas Japonais, du Kundalini Hindou, de l'épopée mystique, des cycles de vie et du momentum cosmique. Son langage pictural se présente comme un lieu de rencontre iconographique autour d'éléments transtemporels et transculturels, d'archétypes puisés dans l'inconscient et l'imaginaire collectifs.

Jean-Pierre Sergent met en abîme les confrontations, la dualité et les harmonies entre les figurations du corps (monde présent, matériel et tangible, images pornographiques, sexualité) et les représentations des mondes spirituels (mondes cosmogoniques intemporels, patterns répétitifs des transes rituelles, matière génétique universelle, mémoire du temps profond, structures socioculturelles et généalogiques tribales).

La série Mayan Diary a été exposée dans de nombreux centres culturels, galeries et musées en Europe : 2012, Mayan Diary, Musée des beaux-arts, Mulhouse, France, 2012, Nature, Cultures, L'Origine Des Mondes, Ferme de Flagey, Musée Courbet, France etc...ainsi qu'en Amérique du nord.

À voir plus de visuels sur cette page : Mayan Diary I, 1999-2003

8 : LA SÉRIE DES SQUARE MANDALA-PAINTINGS
1994-2000 | Durée : 3:23 | Atelier de Long Island City | New York | USA

Pitch-art vidéo présentant une sélection d'une vingtaine de photos d'œuvres d'art d'assemblage de peintures sur Plexiglas de format carré et d'inspiration madalique, réalisées et exposées durant les années 1994-2000 à New York. Peinture acrylique sérigraphiée au dos de panneaux sur Plexiglas (35 x 17.5 cm) et assemblés ensuite en dimensions variables sur les murs des lieux d'exposition.

2002 Mayan Diary, Taller Boricua Gallery, New York, USA
1998 Suspended Time, French Institute, New York, USA
1997 Sous le Signe de Zorro, Galerie Vivas, Paris, France
1996 Body, Trace, Memory, Eight Floor gallery, New York, USA
1995 68 J Art group Show, Brooklyn, New York, USA
Interpellation, Sorbonne University, Paris, France

À voir plus de visuels sur cette page : New York 1993-1999

7 : LES PREMIÈRES ŒUVRES SUR PAPIER
1993-1994 | Durée : 3:49 | Atelier de DUMBO Brooklyn | New York | USA

Pitch-art vidéo présentant une sélection d'une vingtaine de photos d'œuvres d'art de la série des premiers monoprints sur papier Rives BFK, 38 x 56 cm, 1993-1994. Les images sérigraphiées en film half-tone, proviennent pour la plupart de coupures de presse du New York Times, ainsi que de photos prises par l'artiste dans la nature : arbres, animaux, pierres, rivières...

À voir plus de visuels sur cette page : Œuvres sur papier

6 : LES PREMIÈRES PEINTURES SUR PLEXIGLAS
1993-1994 | Durée : 3:48 | Atelier de DUMBO Brooklyn | New York | USA

Pitch-art vidéo de 3:48 mn présentant une sélection d'une vingtaine de photos d'œuvres d'art de la série des peintures sur Plexiglas. Premières peintures modulaires carrées de format 1.05 x 1.05 m, sérigraphiées et peintes, puis assemblées directement sur le mur avec du velcro, pour créer ainsi des installations murales de grandes dimensions, comme par exemple sur les murs de studio de 3.15 m par 6.30 m.

À voir plus de visuels sur cette page : Peintures-sculptures & Plexiglas

5 : LA SÉRIE DES PAINTINGS-SCULPTURES
1993-1994 | Durée : 4:12 | Atelier de DUMBO Brooklyn | New York | USA

Pitch-art vidéo présentant une sélection d'une vingtaine de photos d'œuvres d'art de la série des Peintures-Sculptures. Premiers travaux New Yorkais réalisés en partie avec des objets trouvés dans la rue et sur les berges de l'East River. Peinture acrylique sur bois, objets diverses et rectangle sur Plexiglas sérigraphiés d'images symboliques, dimension variables.

À voir plus de visuels sur cette page : Peintures-sculptures & Plexiglas

4 : LES PREMIERS ASSEMBLAGES DE PLEXIGLAS
1991-1993 | Durée : 2:55 | Atelier de Montréal | Canada

Pitch-art vidéo présentant une sélection d'une vingtaine de photos d'œuvres d'art des premiers jeux d'assemblage de petits morceaux de Plexiglas (35 x 17.5 cm), 1991-1993, sérigraphiés à l'arrière avec de l'acrylique et montés au mur de façon ludique et aléatoire. Débout des grandes installations murales développées ensuite à New York.

À voir plus de visuels sur cette page : Montréal 1991-1993

3 : LA SÉRIE DES PAINTING-PRINTING
1991-1993 | Durée : 3:49 | Atelier de Montréal | Canada

Pitch-art vidéo présentant une sélection d'une vingtaine de photos d'œuvres d'art de la série des Painting-Printing, 1991-1993. Travaux de peinture et d'assemblage composés de nombreux nouveaux matériaux industriels comme le Plexiglas, le cuivre, l'aluminium, le zinc, le plomb, les filets de chantier, les billes de verres, les coupures de presse et le début des photos sérigraphiées incluses dans la matière peinte.

À voir plus de visuels sur cette page : Montréal 1991-1993

2 : LES PEINTURES ABSTRAITES II
1991-1993 | Durée : 3:47 | Atelier de Montréal | Canada

Pitch-art vidéo présentant une sélection d'une vingtaine de photos d'œuvres d'art de la série des Peintures abstraites II, 1991-1993. Derniers travaux d'abstraction Géométrique colorées et début des travaux réintégrant des images symboliques par le biais de la sérigraphie.

À voir plus de visuels sur cette page : Montréal 1991-1993

1 : LES PEINTURES ABSTRAITES I
1984-1991 | Durée : 3:44 | Atelier de Charquemont | France

Pitch-art vidéo présentant une sélection d'une vingtaine de photos d'œuvres d'art de la série des peintures abstraites #1, 1984-1991. monochromes et dessins géométriques peints à l'huile et à l'acrylique sur toiles et sur panneaux d'Isorel et réalisés en France durant les années 1984 et 1991, époque pendant laquelle Jean-pierre Sergent vivait dans une ferme dans le Haut-Doubs, France où il élevait et entraînait des chevaux américains.

À voir plus de visuels sur cette page : France 1984-1991