Rechercher

Jean-Pierre Sergent

FR | EN

Carnets Mexicains

Carnets Mexicains, 1995/2000

Photos prisent lors de mes voyages en Amérique Centrale avec mon amie Olga, entre les années 1995 et 2000 dans les lieux successifs suivants : 

- Mexico (Museo Nacional de Antropología) & Puebla

- Guernavaca (Taxco)

- Oaxaca (Monte Alban & Mitla)

- Merida (Chichen Itza, Dzibilchaltun & Uxmal)

- Guatemala, Antigua et Panajachel (Chichicastenango)

Ces grandes civilisations traditionnelles Indiennes : Olmec, Aztec, Maya, Toltec, Mixtec, Zapotec etc. ont largement influencées ma série "Mayan Diary" et continuent à fortement inspirer mon travail aujourd'hui.

Écris à propos du Mexique par Antonin Artaud dans La culture Indienne


LA CULTURE INDIENNE

Je suis venu au Mexique prendre contact avec la Terre Rouge
et elle pue comme elle embaume ;
elle sent bon comme elle puait.

Cafre d'urine de la pente d'un vagin dur,
et qui se refuse quand on le prend.

Camphre urinaire de l'éminence d'un vagin mort,
et qui vous soufflette quand on l'étend,

quand on mire du haut du Mirador du Pitre,
tombe cloutée du père affreux,

le trou à creux, l'âcre trou creux, où bout le cycle
des poux rouges,
cycle des poux solaires rouges,
tout blancs dans le lacis des veines de l'un deux.

Qui ça deux, et lequel des deux ?
Qui, les deux?
au temps
septante fois maudit
où l'homme
...............se croisant lui-même
naissait fils
de sa sodomie
sur son propre cu
endurci.
Pourquoi deux d'eux,
et pourquoi de DEUX?

Pitre affreux de père mimire,
immonde pitri parasite, dans creux mamiche retiré du feu!

Car les soleils qui passent tout ronds
ne sont rien auprès du pied bot,
de l'immense articulation
de la vieille jambe gangrène,
vieille jambe ossuaire gangrène,
où mûrit un bouclier d'os,

la levée souterraine, guerrière,
des boucliers de tous les os.

Qu'est-ce à dire?

Ça veut dire que papa-maman n'encule plus le pédéraste inné,
l'immonde boutis des partouses chrétiennes,
interlope entre ji et cri,
contracté en
...............jiji-cricri,

et ça veut dire que la guerre
remplacera le père-mère
là où le cu faisait barrière
contre la peste nourricière
de la Terre Rouge enterrée
sous le cadavre du guerrier
.............mort
pour n'avoir pas voulu passer
par le périple du serpent
qui se mord la queue par-devant
cependant que papa-maman
lui mettent le derrière en sang.

Et qu'à y regarder de près,
dans la tranche tuméfiée de la jambe,
du vieux fémur couperosé
tombent

...............ça pue
...............et ça puait ;
et resurgit le vieux guerrier
de la cruauté insurgée,
de l'indicible cruauté
de vivre et de n'avoir pas d'être
qui puisse vous justifier;
et tombent
dans le trou ancré
de la terre vue de haut, et en perce,
tous les bouts de langue éclairés,
et qui un jour se crurent âmes,
n'étant même pas des volontés;

montent
tous les éclairs
de la schlague de ma main morte,
contre la langue soulevée,

et les sexes de volonté,

qui sont à peine des mots jetés,
lesquels n'ont pas pu prendre d'être;

mais tombent mieux que des soleils
rejetés,
dans la cave où s'entretuaient
papa-maman
et pédéraste,
le fils d'avant que ça puait.

Quand l'âne solaire se croyait bon !
Et où était le ciel dans son rond ?

Où l'on était,
.............dehors,
tout con
de sentir le ciel
...............dans son con,

sans rien qui pût faire barrière contre le vide,

pas de fond
et pas d'aplomb,
et pas de face,
ni de haut,
et où tout vous rapplique au fond,
quand on est droit tout de son long.

In Watchfriends & Rack Screams, Clayton Eshelman